APPELEZ-NOUS :
+ 41 21 653 83 55
COUT D'UN APPEL LOCAL

Gestionnaires de Fortune : Un marché face à des défis

Le marché des Gérants de Fortunes indépendants fait face à des défis majeurs comme l’obligation d’évoluer mais aussi de le faire de manière structurée et dans un environnement très concurrentiel.

« Je n’ai pas de rêves, j’ai des buts » (Harvey Specter)

Un peu d’histoire

Les premières structures ont été développées en Suisse au début des années 80. Elles étaient tout d’abord constituées par d’anciens conseillers en gestion de fortune. Ces derniers cherchaient tout d’abord à fournir des conseils financiers indépendants à leurs clients. Dès ce moment, les sociétés de gestion externe, gérants de fortunes indépendants ou tiers gérants sont devenus un pilier de l’industrie suisse de la gestion de fortune.

Aujourd’hui

Le marché Suisse est estimé à 2’500 Gérants de fortune indépendants (GFI). Ils  sont en charge d’environ 400 milliards de francs. Cela représente environ 10% de la richesse privée totale de la Suisse. Les GFI sont un groupe de professionnels très hétérogène. Cela va des cabinets de gestion indépendants jusqu’au aux bureaux multifamiliaux en passant par les conseillers individuels agissant à titre personnels. D’après l’Association Suisse des Gérants de Fortune (~1000 membres), près de 50% de leurs membres actifs gèrent des avoirs de moins de 100 millions de francs. Seuls 12% gèrent plus de 500 millions.

Après l’entrée en vigueur des normes européennes MiFID II et les nouveaux défis qui en découlent, 2020 verra l’entrée en force des dispositions légales suisses de LSFin et de LEFin.

Principaux défis

Un premier impacts est structurel car la raison individuelle (RI) ne sera plus admise. Un second « challenge » réside dans le nombre d’interlocuteurs minimum dans la structure. Il sera de quatre personnes, soit un responsable, son remplaçant, un préposé à la gestion des risques et un chargé de la compliance. Donc, pour s’adapter, l’entrepreneur devra capitaliser sur sa proximité avec sa clientèle et se structurer avec de nombreux modèles possibles, dont ceux-ci :

  • Adhésion a des associations/groupements/plateformes fournissant des services comme l’informatique, la gestion des risques, d’autorégulation ou de recherche par exemple
  • Mutualisation de ces coûts via une association entre Gérants, voire une fusion ; ceci au niveau Suisse mais aussi au niveau international
  • Cession de la société de gestion à des investisseurs souhaitant développer l’activité et garantissant une transition de qualité, voire la continuité de l’activité au sein de la structure
  • Cession du portefeuille d’actif avec ou non la volonté d’avoir une fonction de relation après la nécessaire phase de transition

Pour la pluspart des acteurs, l’évolution est nécessaire et ce défi doit être réussi. C’est pour cela qu’un oeil externe permet d’améliorer la qualité de cette transition. Cela assure aussi une attention du Gérant pour ses clients et ses collaborateurs. Nous constatons souvent les risques de mettre toute son énergie dans ce seul « challenge » organisationnel.

Actoria Suisse possède les compétences et l’expérience dans ce secteur particulier. Le Groupe s’appuie sur un réseau important et met en avant des valeurs dont la confidentialité et le professionnalisme dans la préparation et l’exécution de son mandat.

N’hésitez pas à réagir, partager et me contacter pour toute question.

https://www.actoria.ch/          [email protected]  +41 (0)79 372 4606

Gestionnaires de Fortune Indépendants : obligation d’évoluer ?

https://www.actoria.ch/gestionnaires-de-fortune-independants-obligation-devoluer/

https://www.linkedin.com/pulse/gestionnaires-de-fortune-ind%C3%A9pendants-obligation-d%C3%A9voluer-gross/

Gestionnaires de Fortune : Les étapes clés dans l’évolution :

www.actoria.ch/gfi-les-etapes-cles-dans-evolution

https://www.linkedin.com/pulse/gestionnaires-de-fortune-les-%C3%A9tapes-cl%C3%A9s-dans-l%C3%A9volution-gross/

Impressum : https://www.actoria.ch/impressum/